Newsletter Boutique

Comment réagit l'organisme en cas de contamination ?

Un micro-organisme a pénétré le corps humain soit par une blessure soit par une autre voie de contamination comme les voies respiratoires. Dès l'intrusion, le système immunitaire  s'active pour :

  • Repérer l'intrus
  • Neutraliser le micro-organisme
  • Éliminer le virus, la bactérie, le champignon ...

 

Il déclenche une réaction rapide qui se traduit par :

  • L'augmentation des leucocytes ou globules blancs qui deviennent alors très nombreux.
  • La réaction inflammatoire du à l'augmentation de la vascularisation. Les leucocytes produits en grande quantité doivent rejoindre le lieu de de la contamination. Cet afflux de sang produit une inflammation.

 

Cette réaction du système immunitaire réagit en deux temps selon le niveau de contamination ou d'infection :

  • Réaction rapide
  • Réaction lente

 

Réaction rapide du système immunitaire

 

La réaction rapide contre la pénétration d'un micro-organisme étranger dans l'organisme entraîne une réaction inflammatoire : les vaisseaux sanguins se dilatent au niveau de la pénétration et des leucocytes y sont transportés pour détruire les micro-organismes.

 

Pour défendre l'organisme contre la contamination, le système immunitaire envoie le premier type de leucocytes sur le lieu de la blessure. Ces leucocytes intervenant lors de l'action rapide du système immunitaire sont les phagocytes aussi appelés macrophages. Ce sont des leucocytes de grande taille et très mobiles qui détruisent les micro-organismes étrangers. A cause de leur rapidité et de leur efficacité on les appelle les "éboueurs".

 

On les appellent macrophages par ce qu'ils détruisent totalement les micro-organismes étrangers et les cellules mortes ou les débits résultant de la destruction des intrus. Les phagocytes ou macrophages font place nette derrière eux ! Les macrophages détruisent les micro-organismes étrangers et ils éliminent totalement les débits, les cellules mortes, les cellules étrangères ou les cellules infectées.

 

Les macrophages agissent en 3 temps :

  • ils pénètrent la cellule malade
  • ils détruisent la cellule infectée
  • ils digèrent les débris de la cellule détruite et des micro-organismes

Ce processus de destruction totale s'appelle la phagocytose.

 

 

Si les virus, bactéries et autres micro-organismes étrangers parviennent à infecter les cellules, le système immunitaire met en oeuvre une réaction immunitaire lente. C'est au tour des lymphocytes d'entrer en jeu en produisant des anticorps et en détruisant les intrus.

 

Réaction lente du système immunitaire

 

 

Le système immunitaire produit les anticorps

 

L'action lente du système immunitaire face à une infection se fait en 5 points :

  • Repérer et identifier l'organisme étranger
  • Produire les anticorps spécifiques
  • Créer de nouveaux anticorps pour un antigène inconnu
  • Produire des lymphocytes et les cloner
  • Détruire le micro-organisme étranger par les lymphocytes T et B et les anticorps libres.

Deux cas de figures sont possibles : l'antigène est connu du système immunitaire ou il lui est totalement inconnu.

 

 

 

L'antigène est connu du système immunitaire

 

Si le micro-organisme est deja connu, il a été identifié ce qui a généré la production des lymphocytes et des anticorps spécialisés pour le détruire. Il n'est pas nécessaire d'avoir contracté la maladie pour posséder les anticorps, la vaccination permet à l'organisme de créer des anticorps sans avoir été malade.

Le premier acte est l'identification de l'antigène, dès qu'il est identifié l'attaque est lancée :

  • Les lymphocites et les anticorps spécifiques attaquent l'antiègène.
  • Les lymphocytes sont produits en grande quantité.
  • Les lymphocytes T stimulent les lymphocytes B pour qu'ils se clonent (voir l'article complet sur les lymphocytes)
  • Les lymphocytes B produisent et envoient des anticorps libres

 

 

 

 

 

L'antigène n'est pas connu du système immunitaire

Le processus est le même, mais le système immunitaire doit produire les lymphocytes et les anticorps qui seront capables de détruire ce nouvel antiègne.