Apprentissages : permettre à la curiosité des enfants d’explorer tous les horizons

En revanche, cela sera beaucoup plus difficile lorsque l’enfant voudra explorer un horizon entraperçu ailleurs, dans lequel les membres de la famille n’auront aucune connaissance particulière. Le magazine de Superprof évoque nombre de ces disciplines, des plus courantes aux plus originales, et le recours à un professeur particulier pourra être un moyen parmi d’autres d’accéder aux désirs d’apprentissage de l’enfant.

 

Les passions les plus originales sont désormais accessibles

Pour beaucoup, « cours particuliers » rimera avec des matières plutôt fastidieuses (mais ô combien nécessaires !) : mathématiques, grammaire, langue étrangère avec laquelle on éprouve des difficultés… Les choses ont cependant bien changé : l’univers de l’enseignement en tête-à-tête s’est considérablement élargi, et des disciplines naguère « rares » se sont démocratisées.

 

C’est bien évidemment, pour les plus grands, le cas de langues vivantes encore peu communes, à l’instar du russe, du japonais, de l’arabe, du chinois et du coréen… ou bien du hongrois ou de l’hindi !

 

Pour tous les âges, dont les plus jeunes, les tendances vont aux cours de cuisine, de musique (donnez rendez-vous à l’instrument de votre choix !), de boxe française, de couture, de danses diverses et variées, ou encore de dessin et d’informatique, pour tous les niveaux et dans tous les domaines. Or, pour ne prendre que l’exemple de la peinture, les enfants en sont naturellement demandeurs…

 

 

Un rôle méconnu de l’informatique dans l’éducation

En règle générale, lorsque l’informatique est évoquée dans le cadre de l’éducation et de l’instruction des jeunes, c’est de façon ambiguë, et globalement péjorative. Cependant, on met l’accent sur le besoin d’être éduqué au net et de savoir utiliser un ordinateur relativement tôt. Les écoles primaires intègrent des modules en la matière, tandis que les inspecteurs académiques en parlent dans les foyers qui privilégient l’instruction en famille.

 

Toutefois, cette place jugée presque nécessaire des nouvelles technologies dans l’éducation est rapidement circonscrite, limitée. En effet, des études scientifiques – mais aussi le simple bon sens et l’expérience – nous rappellent régulièrement que les écrans peuvent être extrêmement nocifs pour le sommeil, le développement cérébral, la capacité d’apprentissage et la qualité du langage chez les mineurs en général, et plus particulièrement chez les très jeunes enfants. À cet égard, les livres, la pratique manuelle et les méthodes classiques semblent préférables.

 

Dans tout cela, on laisse cependant de côté un aspect pourtant essentiel de la technologie, à savoir, principalement, avec Internet, l’abondance et la rapidité de l’information, et, partant, la facilité des mises en relation en vue de dénicher de bons contacts. Les parents peuvent donc tirer parti de cette dernière, en s’appuyant sur des tiers de confiance par sécurité, afin de trouver des supports ou des enseignants de qualité pour leurs enfants (et aussi, pourquoi pas, pour eux-mêmes !).