Tête à Modeler, le site des activités créatives pour vos enfants.


Partager sur les réseaux sociaux :

Deuil national de 3 jours

Deuil national de 3 jours Ce matin, le président de la république François Hollande vient de décréter un deuil national de 3 jours en mémoire aux très, trop, beaucoup trop nombreuses des attentats de Paris. Doit-on et comment peut-on associer les enfants à ce deuil nation 5.00 sur 5 note basée sur 5 évaluations.

Attentats du vendredi 13 novembre 2015

Ce matin, le président de la république François Hollande vient de décréter un deuil national de 3 jours en mémoire aux très, trop, beaucoup trop nombreuses des attentats de Paris.

Doit-on et comment peut-on associer les enfants à ce deuil national ?

Doit-on associer les enfants au deuil national ?  Oui, par ce qu’ils sont concernés, oui car ils ne sont pas hermétiques et coincés dans une bulle qui les mettrait à l’abri des reportages qui tournent en boucles sur les radios et la chaines de télé. Oui par ce qu’ils absorbent notre inquiétude. Oui par ce que malheureusement nous ne sommes plus à l’abri et que nous devons l’intégrer dans notre quotidien.

Oui par ce que les enfants ont certainement déjà capté « horreur » et que les associer au deuil national est l’un des moyens de les informer sans dramatiser, de leur permettre d’exprimer leurs inquiétudes, leurs peurs, leurs angoisses.

Et oui par ce le deuil est l’une des expressions les plus importantes de notre humanité.

Bien entendu, la question qui ce pose c'est comment parler des attentats aux enfants.

 

Comment peut-on associer les enfants au deuil national ?

Après avoir expliqué avec des mots simples ce qui s’est passé il est important de mettre les enfants dans l’action. Le plus simple est souvent le plus efficace avec les enfants.

Laissez la minute de silence à l’école, il y aura une minute de silence mise en place dans le cadre scolaire lundi à midi, mais surtout la minute de silence est difficile à observer pour les enfants qui ont plus besoin de parler que de se recueillir.

Les actions à la portée des enfants sont les mots, les dessins et le bricolage.

Selon leur âge et leur sensibilité certains seront plus à l’aise avec les mots et les autres avec le dessin. Et enfin certains enfants ne peuvent ni parler, ni écrire ni dessiner, ils préfèrent être dans l’action.

Les petits mots à écrire pour les victimes et leur famille sont une façon pour les enfants de s’associer au deuil d’autrui tout en exprimant leurs propres craintes.

Le dessin peut être tout aussi efficace que les mots.

Les mots et les dessins peuvent être déposés « ou envoyés » sur le site mémoriel des attentats. Ils peuvent aussi être envoyés accrochés à un ballon ou à un lampion japonais.

Les enfants peuvent aussi réaliser des petits lampions ou des photophores et allumer une bougie pour honorer la mémoire des personnes sacrifiées et les déposer sur le rebord d’une fenêtre.

L’équipe Tête à modeler s’associe à la douleur de toutes les victimes des attentats du 13 novembre 2015, ainsi qu’à leurs familles.

Partager sur les réseaux sociaux :