Oeuf de Pâques : tout un symbole !

Oeuf de Pâques : symbole de vie

L'oeuf est un symbole universel de vie et de renaissance, il est notamment associé à de nombreux rituels. Depuis l’antiquité, l’œuf est chargé du symbole du renouveau et une promesse de vie et de nombreux rituels et fêtes lui rendent hommage et ce, bien avant l'arrivée du christianisme.

 

Pendant l’ère chrétienne, il a pris encore plus de sens tellement le rapprochement avec la Résurrection de Jésus était fort. Pendant le Carême, il était alors interdit de manger des œufs.

 

Ceux qui étaient pondus pendant cette période étaient conservés, bénis et décorés pour être offerts aux enfants le jour de Pâques pendant une grande chasse aux œufs.

 

>> A lire aussi : comment organiser une chasse aux oeufs

 

Oeuf de Pâques : la tradition

La tradition d'offrir des oeufs natures, puis décorés, teints ou travaillés est bien antérieure au christianisme, c'est sans doute l'une des plus vielles traditions du monde.

 

Cette tradition se retrouve dans de très nombreux pays. Les œufs peuvent être peints ou plongés dans un mélange de colorant alimentaire, de vinaigre et d’eau. Les coquilles ainsi colorées peuvent alors être utilisées pour créer des mosaïques.

 

Aujourd’hui ce sont plutôt des œufs en chocolat qui sont offerts aux enfants pendant la chasse aux œufs et nous décorons des œufs en plastique, en polystyrène.

 

>> A voir aussi : nos idées de décorations d’œufs de Pâques.

 

Oeuf de Pâques : qui les rapporte dans les jardin ?

Selon la région ou le pays où nous vivons, les histoires et traditions varient. En France, les oeufs de Pâques sont apportés par la cloche de Pâques et en Belgique alors que c’est le lapin de Pâques qui les apporte en Alsace, en Allemagne et aux Etats-Unis.

 

>> A lire aussi : les films d'animation incontournables de Pâques

 

Oeuf de Pâques : la légende scandinave

Dans le Kalevala , livre sacré des anciens finlandais, c'est de l'oeuf que naquit le monde. La mère de l'eau, Iltamara, dormait au fond de l'océan sans rivage. Dans son sommeil, elle remua et son genou sortit de l'eau telle une île. Alors le maître de l'air tomba des cieux vides et déposa un oeuf d'or sur ce genou divin. Mais à peine effleurée, comme une ensommeillée qu'un insecte agace, la déesse frémit et, frémissant, brise la coquille parfaite. Alors tous les morceaux se transforment en choses bonnes et utiles:

 

le bas de la coque de l'oeuf forma le firmament sublime, le dessus de la partie jaune devint le soleil rayonnant, le dessus de la partie blanche fut au ciel la lune brillante, tout débris tâché de la coque fut une étoile au firmament, tout morceau foncé de la coque devint un nuage de l'air et désormais le temps avança.